Elle Fanning: «The Great m’a permis de me décoincer »

by Hervé Tropéa May 18, 2020
Actress Elle Fanning

Andreas Rentz/Getty Images

Héroïne dans The Great, qui raconte les prémisses du règne de la future impératrice de Russie Catherine II, Elle Fanning se confie sur ce nouveau rôle irrévérencieux et son arrivée par la grande porte à la télévision.

The Great est votre premier grand rôle à la télévision. Avez-vous hésité de tourner dans cette série ?

Absolument pas ! Dès que j’ai lu le scénario, j’ai tout de suite voulu participer à ce projet. The Great était d’ailleurs à l’origine un scénario pour un film avec une option de devenir une série à propos de l’évolution de la jeune Catherine. Tony (Tony McNamara) m’a demandé d’être productrice de ce feuilleton afin de l’aider à développer ce projet. La télévision est tellement une plateforme merveilleuse pour les acteurs. J’ai pu constater également à quel point ma sœur (Dakota Fanning) a eu une remarquable expérience avec The Alienist . Pour moi, il n’y a plus aucune frontière entre le cinéma et la télévision.

Quel a été pour vous le plus grand défi à relever pour jouer ce personnage ?

J’ai dû faire face à de nombreux challenges en acceptant de tourner dans cette série. Le plus grand a sans doute été pour moi de convaincre les téléspectateurs de l’évolution de mon personnage et de sa transformation au cours des dix épisodes. The Great a été très intéressant pour moi à jouer car c’était la première fois que je jouais un rôle principal dans une série et que je me retrouvais avec ce luxe d’avoir enfin le temps pour développer un personnage. Un important défi également à relever a été de trouver le bon rythme de la comédie et aussi une bonne préparation physique car je n’avais jamais vraiment fait de comédie auparavant.

Vous dîtes ne jamais avoir vraiment fait de comédie mais on dit pourtant que vous avez un grand sens de l’humour dans la vie tous les jours…

Je suis une personne qui ne se prend pas au sérieux et j’aime bien plaisanter. Le sens de l’humour de cette série ressemble d’ailleurs à mon propre sens de l’humour dans ma vie quotidienne mais il a fallu que j’apprenne à me laisser aller et à être moi-même. Ce fut une approche totalement différente car j’aime bien avoir le contrôle de mon personnage et rester extrêmement concentrée entre ce que je suis et le rôle que je dois interpréter. Les plus grands comédiens sont ceux qui ne retiennent rien et donc The Great m’a permis en quelque sorte de me décoincer en devenant un peu folle et endiablée. J’adore ça ! (elle rit)

A scene from "The Great", 2020

Avec Nicholas Hoult dans une scène de The Great.

courtesy hulu

 

Comment s’est déroulé votre duo avec Nicholas Hoult ?

Nic est vraiment le partenaire de rêve car il vous soutient toujours dans tout ce que vous entreprenez. J’ai eu la chance d’avoir déjà pu tourner avec lui dans le film Young Ones donc il y avait déjà une certaine familiarité entre nous. Nous avons réussi à nous comprendre rapidement peut être aussi parce que nous sommes acteurs depuis notre jeune âge. Ce que j’aime dans notre collaboration est le fait de ne s’être jamais sentis embarrassés à tourner ensemble certaines scènes et il y a toujours eu une sorte de spontanéité entre nous. C’est vraiment merveilleux de pouvoir travailler dans de telles conditions avec un partenaire.

En ce moment, le festival de Cannes aurait dû se dérouler si le monde n’avait pas été frappé par la pandémie du coronavirus. Comment gérez-vous cette étrange période dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui ?

Cannes est un festival tellement spécial pour moi puisque je suis allée sur la Croisette la première fois, en 2016, pour présenter The Neon Demon . L’année dernière, j’ai eu une expérience mémorable en étant membre du jury. A cause de cette pandémie, le tournage de mon prochain film The Nightingale avec ma sœur a été repoussé. Je suis vraiment triste. Nous vivons en effet une étrange période.