Hugh Laurie: “Un politicien doit aussi être acteur”

by Henry Arnaud October 27, 2020
Actor Hugh Laurie, Golden Globe winner

armando gallo/hfpa

Roadkill, the new Masterpiece thriller starts on PBS November 1st. The limited series, co-produced with the BBC, is also available at the same time on different networks in all French speaking territories. Three-time Golden Globe winner, Hugh Laurie plays a British politician dogged by scandal.

Roadkill, le thriller Masterpiece démarre sur PBS ce 1er novembre. La mini-série est coproduite par la BBC et diffusée dans la plupart des pays francophones en même temps sur différentes chaînes. Hugh Laurie, qui a gagné trois Golden Globe, incarne un politicien anglais en plein scandale.

Comment présenter Roadkill?

C'est une coproduction anglo-américaine sur un politicien conservateur charismatique qui est sur le point de remporter les élections au Royaume Uni avant que sa victoire soit compromise par des détails sur son intimité qui sont ébruités aux médias. Toute ressemblance avec un homme politique est bien sûr fortuite (rires). En Angleterre, nous avons l'habitude de nous limiter à 4 ou 5 épisodes par an et c'est parfait car cela donne un sentiment de mini-série événementielle sans créer de lassitude auprès des téléspectateurs.

Pensez-vous que les hommes politiques sont de bons acteurs?

Un politicien est aussi un acteur de nos jours. C'est l'importance de la télé qui a changé la donne au fil des décennies. Que vous vouliez vendre un nouveau soda ou un candidat à la présidentielle, il faut avoir un élément théâtral en soi quand on passe le petit écran, comme lorsqu'on s'exprime sur une scène devant des milliers de personnes.

Vous passez d'un projet dramatique à un feuilleton comique sans hésitation. Y a t-il une différente approche des deux genres?

Pour moi, tout se rejoint. Des gens sérieux peuvent être drôles et vice-versa. Il y a de grandes vérités dans la comédie et on peut aussi trouver des gags, voulus ou pas, dans des tragédies. La seule chose qui m'importe, c'est d'être crédible à l'écran. Il n'y a qu'une différence pour moi entre comédie et drame, c'est le tempo. Souvent pour déclencher le rire, il faut respecter un rythme pour délivrer le gag.

Est-ce facile pour vous de rester sérieux ou éclatez-vous de rire lorsqu'une scène se prête à un gag loufoque?

Je pense avoir la force de garder mon sérieux sans même esquisser un sourire devant les caméras. Dans l'un des épisodes de ma série de l'an passé, Avenue 5, nous devions expulser dans l'espace les déjections des passagers pour nous protéger de radiation solaire. Dans un autre, une erreur de pilotage modifiait la trajectoire du vaisseau spatial et le voyage de quelques semaines devient une expédition de 3 ans. J'en rigole en regardant l'épisode sur ma télé mais en plateau je suis imperturbable.

Vos fans attendent depuis longtemps une seconde saison de The Night Manager. Est-ce pour bientôt?

J'ai donné mon accord de principe et je sais que Charles Cumming a commencé à écrire une ébauche pour une saison 2 mais toute l'équipe d'acteurs comme d'auteurs et producteurs a de multiples projets. Le plus compliqué sera d'arriver à coordonner nos emplois du temps. Difficile mais pas impossible d'autant que John Le Carré lui-même a donné son accord pour que son œuvre soit adaptée sur le petit écran si une suite voit le jour.

Que dire du retour de Docteur House pour un film ou téléfilm?

Il ne faut jamais dire jamais mais ne rêvez pas (NDLR : Hugh éclate de rire). Je sais à quel point le Docteur Gregory House a été aussi apprécié par le public francophone mais cela restera un excellent souvenir de ma carrière. Je crois pouvoir dire sans me tromper qu'après 176 épisodes nous avons épuisé les histoires originales. Le producteur David Shore est passé à autre chose (The Good Doctor) et moi aussi. Perso, je n'aurais plus la motivation de consacrer 10 mois sur 12 de l'année à une série comme Docteur House.