Joie de vivre : « Charade »

by Juliette Michaud and Jean-Paul Chaillet June 16, 2020
A scene from "Charade" (1963)

sunset boulevard/corbis/getty images

Avec le déconfinement du monde, reviennent les envies d’escapades, et même, osons le dire, de romantisme. Alors en attendant la réouverture de toutes les frontières, direction Paris avec celle qui a ouvert notre rubrique « Joie de vivre » et la referme: Audrey Hepburn dans Charade, un mélange irrésistible de comédie romantique et de film d’espionnage, un suspense ludique dans la tradition Hitchcockienne, qui n’a cependant pas été réalisé par Hitchcock, mais produit et mis en scène par Stanley Donen, cet ancien chorégraphe entré dans la légende avec Chantons sous la pluie.

Le film commence aux sports d’hiver. Une Américaine chic s’éprend d’un séduisant célibataire. De retour à Paris, elle apprend le meurtre de son mari et devient la proie d’inquiétants personnages à la recherche d'un magot caché par la victime, ce dont elle ne savait rien...

Charade marque la première et seule collaboration à l’écran du tandem Cary Grant et Audrey Hepburn, et l’intrigue du film, bien sûr, n’est qu’un prétexte à les réunir.  Car cette rencontre entre les deux stars les plus élégantes d’Hollywood, Stanley Donen en rêvait depuis longtemps. Il a déjà mis en scène Audrey Hepburn dans le mythique Drôle de frimousse, où elle avait Fred Astaire pour partenaire. Et il est très ami avec Cary Grant. En avance sur leur temps, les deux associés ont monté une société de production indépendante appelée Grandon, et ont déjà tourné ensemble les comédies raffinées Indiscret et Ailleurs l’herbe est plus verte. Particulièrement fan du travail de Cary dans La mort aux trousses d’Alfred Hitchcock, Stanley Donen a envie de signer un hommage revendiqué à ce film qu’il nomme parmi ses préférés. 

Le scénario volontairement confus de Charade, signé du vétéran Peter Sone, rebute d’abord Gary Grant. D’autant que sa différence d’âge avec Audrey Hepburn le rend nerveux : elle a 33 ans au moment du tournage, lui presque soixante. Leur collaboration sera idyllique. Leur alchimie, piquante et malicieuse, crève l’écran. Truffé de références au cinéma : “C’est ici que Gene Kelly dansait dans Un Américain à Paris”, dit à un moment Audrey Hepburn, Charade est un de ces délices loufoques de cinéma qui met du baume au cœur. Avec ses répliques pleines d’humour, avec sa musique signée Henry Mancini, nommé à l’Oscar pour la chanson titre du film, avec son casting cinq étoiles (autour du couple, on trouve aussi Walter Matthau, James Coburn, George Kennedy, et Jacques Marin en inspecteur balourd), et son cadre parisien si bien filmé.

Audrey Hepburn, au pic de sa carrière entre Diamants sur canapé et My Fair Lady, en Givenchy comme il se doit, est plus merveilleuse que jamais. Cary Grant, lui, dans son dernier grand rôle, fascinant de désinvolture. Tous deux seront nommés pour un Golden Globe dans la catégorie meilleure actrice et acteur de comédie ou comédie musicale. La critique Pauline Kael écrira quant à elle: “Grant, Hepburn et Paris n’ont jamais été aussi beaux.  Soutenant la comparaison avec les films d’Alfred Hitchock auxquels il se réfère, Charade sera un plus gros succès critique et publique que Les oiseauxsorti la même année. 

Un remake moins mémorable du film est sorti en 2003, La vérité sur Charlie, avec Thandie Newton et Mark Wahlberg. Quant à Stanley Donen, il essaiera quelques années plus tard de reproduire la même recette dans Arabesque avec Sophia Loren et Gregory Peck, mais sans retrouver le même état de grâce.

 

Lobby card, Charade, 1963

movie poster image art/getty images

Charade, (1963). De Stanley Donen. Avec Audrey Hepburn, Cary Grant, Walter Matthau, James Coburn.