Jonathan Majors: «Divertir tout en faisant réfléchir»

by Henry Arnaud August 11, 2020
Actor Jonathan Majors

Photo by Vivien Killilea/Getty Images for SCAD

Jonathan Majors was cast in the limited series When We Rise when he was a senior at Yale University. After The Last Black Man in San Francisco last year, he's now the lead of the new HBO MAX series, Lovecraft Country, the story of a young African American who travels across the 1950s segregated United States in search of his missing father.

Choisi pour la mini-série When We Rise durant sa dernière année d'études à l'université de Yale, Jonathan Majors a vite gravi les étapes dans le septième art. Après le film The Last Black Man in San Francisco, il est le héros de Lovecraft Country, une série de science-fiction sur HBO MAX qui suit un jeune afro-américain à la recherche de son père à travers les États-Unis durant les années 50 entre racisme et monstres terrifiants.

Qu'est-ce qui vous a attiré vers le personnage d'Atticus?

Quand j'ai reçu le scénario je l'ai lu deux fois de suite pour être sûr de ne pas avoir fait d'erreur de perception, tellement ce rôle était bien écrit. Ma première surprise a été de lire que Atticus était noir car il est loin des stéréotypes. C'est un militaire, donc assez commun pour un black de cette époque, mais aussi un amoureux des livres, des voyages et un aventurier. Atticus est un homme fort physiquement et mentalement avec un grand cœur. Incarner un fils noir à la recherche de son père dans les années 50, c'est quelque chose de fort que je n'avais jamais lu dans un script. J'ai dit oui sans hésiter.

Vous avez des années d'expérience au théâtre. Est-ce utile pour imaginer les monstres de ce feuilleton puisque toutes ces créatures ont été rajoutées par des effets spéciaux informatisés?

C'est vrai qu'il est capital au théâtre d'avoir une grande imagination pour s'imaginer ce qui n'est pas sur scène ou devant vous lors d'une pièce. Chaque fois que je devais jouer devant des écrans verts, je me pensais dans un théâtre avec mon seul esprit pour visualiser un monstre devant moi.

Que dire de la similitude entre les monstres de Lovecraft Country et le racisme?

Un monstre est un monstre. Un animal est conduit par ses instinct lorsqu'il attaque, mort ou tue. Mais lorsqu'un monstre a la même apparence que vous, et qu'il a juste une autre couleur de peau, l'attaque est mentale. C'est beaucoup plus dur de réagir et se défendre lorsque l'attaque est psychologique. Cela devient un film d'horreur bien pire. Pour moi, un blanc raciste est plus terrifiant qu'un animal sauvage. Le monstre veut vous manger donc vous connaissez ses motivations. Le racisme est sournois et parfois invisible. Notre série permet de divertir tout en faisant réfléchir.

Michael Kenneth Williams et vous avez joué le même personnage à des âges différents dans la mini-série When We Rise. Quelle a été votre réaction de le retrouver dans Lovecraft Country où il incarne votre père?

C'est une idée brillante de Misha Green car Michael et moi avons déjà construit cette relation artistique lors du tournage de When We Rise. Il y a une sorte d'amitié fraternelle entre nous depuis 4 ans ce qui nous a permis de rapidement créer cette relation paternelle lorsque Montrose et Atticus sont face à face dans cette série.