Mélanie Thierry: «J'aime le brassage d'influences artistiques»

by Henry Arnaud October 2, 2020
Actress Melanie Thierry

pascal le segretain/getty images

No Man's Land on Hulu starts with a family grieving the death of their daughter but her brother suspects she is still alive in Libya and decides to go looking for her. The French actress Mélanie Thierry plays Anna, the mysterious sister. She can also be seen in Da 5 Bloods from Spike Lee on Netflix.

No Man's Land, sur Hulu, retrace l'épopée d'Antoine qui part à la recherche de sa sœur qu'il croit en Libye avec des combattantes kurdes. C'est Mélanie Thierry qui joue ce rôle intriguant. L'actrice a aussi été choisie par Spike Lee pour son film Da 5 Bloods : frères de sang sur Netflix.

Comment décrire votre personnage?

Elle est un peu le fantôme de l'histoire car même son existence est entourée d'un grand mystère. C'est une archéologue qui habitait Paris et qui est partie au Moyen Orient pour commencer une nouvelle vie après avoir été trahie par sa famille.

Qu'est-ce qui vous a attiré vers No Man's Land?

Il y a quelque chose de romanesque dans la vie de cette femme que j'incarne. C'est une sorte d'aventurière. J'ai été attirée par cette notion de tout envoyer balader pour recommencer à zéro sur une autre terre.

Est-il exact que vous étiez contre l'idée de porter une arme dans cette mini-série?

C'est vrai que courir dans le désert avec une arme n'est pas une image qui m'attirait mais elle est juste dans le déroulement de mon personnage.

Comment avez-vous approché ce tournage avec des acteurs parlant plusieurs langues et venant d'horizons différents ?

C'était le premier point intéressant pour moi. Travailler avec un réalisateur israélien ainsi que des acteurs marocains, kurdes et anglais... J'ai vraiment senti un mélange des cultures qui était fascinant. J'aime le brassage d'influences artistiques.

Vous êtes également dans Da 5 Bloods : frères de sang sur Netflix. Est-ce que l'on dit oui sans réfléchir lorsque Spike Lee vous propose un rôle dans un film ?

Absolument parce que c'est une chance de pouvoir travailler avec un grand réalisateur qui a consacré toute sa vie au cinéma et qui m'a permis d'intégrer une des variations de son thème.

Vous avez deux enfants, Roman, 12 ans et Aliocha, 6 ans. Est-ce que vous avez emmené toute la famille avec vous durant ce tournage ?

Non alors, hors de question. Quand maman travaille on lui fout la paix ! Chaque film est une approche différente. Je savais que je serais loin en Thaïlande et que j'allais participer à une expérience folle et que j'avais envie de la vivre pour moi. Au bout d'un moment, je peux pas tout faire. Je peux pas me consacrer à mon rôle du film et à mon rôle de mère. Je veux pouvoir essayer de faire les choses bien et ne pas avoir à donner de la tête partout.

Une question en forme de clin d’œil, votre compagnon, le chanteur Raphaël, a monopolisé votre cuisine pour y organiser des 'lives' durant le confinement. Êtes-vous heureuse que cette période se soit arrêtée pour récupérer vos fourneaux ?

On y passe beaucoup de temps dans sa cuisine. La première semaine du confinement, on était pas au point (rires). Il faisait ses 'lives' dans la cuisine alors que c'est le moment ou moi je réquisitionne l'endroit pour préparer le dîner et c'est ma chasse gardée. On est content que les cafés aient pu rouvrir quand même.

Est-ce que vous l'avez mis dehors aujourd'hui car c'est à votre tour de nous appeler pour cette interview et donc il doit libérer la maison pour laisser l'actrice s'exprimer ?

Non, non je me suis échappée dans un autre endroit. C'est trop le bazar à la maison (rires).