Nicholas Hoult: «Être imprévisible, c'est capital.»

by Henry Arnaud May 21, 2020
Nicholas Hoult

Getty Images

Nicholas Hoult loves the unexpected when it comes to his career. From a big part in a big franchise such as X-Men to small roles in independent movies, Nicholas Hoult is always looking to surprise the audience ... and himself. He plays the Emperor Peter III of Russia in The Great on Hulu.

L'acteur adore être là où on ne l'attend pas. Que cela soit dans la saga X-Men ou des films indépendants, Nicholas Hoult veut avant tout surprendre les spectateurs... mais aussi lui-même. Il incarne l'Empereur de Russie, Peter III dans la série The Great sur Hulu.

Quel a été l'attrait de cette série pour vous?

J'ai adoré collaborer avec Tony McNamara qui avait écrit le film The Favourite. J'aime sa façon d'écrire et d'incorporer une dose d'humour dans tout ce qu'il fait. Quand il m'a parlé de The Great, j'étais conquis avant même de lire le scénario. Peter était aussi un rôle fascinant car il est totalement imprévisible. Dès que le réalisateur criait action je pouvais me laisser aller à tous les délires. Peter ne suit aucune règle, aucune loi car rien ne lui est interdit. C'était libérateur pour moi de l'être aussi libre mentalement et physiquement.

Même si The Great est plein de comédie, est-ce facile d'oublier votre personnage à la fin d'une journée de tournage?

Je ne suis pas un acteur méthodique qui reste dans la peau de son personnage 24 heures sur 24 et heureusement ! Je peux donc jouer un dictateur tyrannique qui ne pense qu'au sexe et à tuer des gens sans avoir à me prendre pour Peter l'Empereur de Russie quand je rentre à la maison. Mais je me suis amusé comme un fou durant les journées de production car Peter est aussi flamboyant, bizarre mais parfois doux et touchant.

A propos de folie, comment avez-vous abordé les scènes intimes avec Elle Fanning qui incarne votre jeune épouse?

L'avantage est que nous nous connaissons depuis des années. Il y avait une confiance mutuelle. Elle savait qu'elle pouvait me faire confiance et se laisser aller à la comédie, même dans nos scènes de sexe.

D'autant que la majorité de ces scènes intimes étaient tournées avec beaucoup d'humour...

Absolument. Elle et moi étions d'ailleurs la plupart du temps entièrement habillés et on se contentait de simuler un acte sexuel car les dialogues drôles étaient plus important que la nudité. J'ai toujours dans d'autres films où les acteurs étaient beaucoup plus exposés physiquement. Autre point important pour The Great, nous avons travaillé avec un coordinateur d'intimité. C'est une personne qui a été spécialement été engagée pour être sur le plateau et mettre en place des règles strictes pour les scènes intimes entre comédiens. Son job est aussi de s'assurer que tout ce qui se passe est fait de manière consensuelle, que les acteurs sont conscients et d'accord pour filmer chaque séquence dénudé ou de sexe simulé. C'est une nouveauté dans le showbiz et je trouve que c'est un progrès dans la bonne direction pour tous les artistes.

Elle Fanning est aussi la productrice de The Great. Est-ce que cela change votre dynamique lorsque votre partenaire est aussi votre boss d'une certaine manière?

Non mais cela a un gros avantage, si la climatisation ne marche pas sur le plateau, elle peut directement s'arranger pour que l'on répare cela très vite (rires).

Êtes-vous plus satisfait de votre carrière aujourd'hui que par le passé?

D'une certaine manière oui car je pense que je peux me pousser davantage à accepter des rôles qui représentent un challenge à mes yeux. J'ai surtout réussi à ne pas me laisser enfermer dans une seule catégorie de films. Je suis fier de penser que le public ne sait pas trop quoi attendre de moi. Être imprévisible, c'est capital dans mon esprit.