Rick Rowley: «Ne pas oublier Jamal Khashoggi»

by Henry Arnaud October 5, 2020
Filmmaker and documentarian Rick Rowley

frederick m. brown/getty images

Kingdom of Silence is a in-depth look at Washington Post journalist Jamal Khashoggi's life, work, and murder. Rick Rowley is the director of this film, on Showtime.

Kingdom of Silence est un documentaire sur la saga qui a interpelé le monde en 2018 après le meurtre du journaliste du Washington Post, Jamal Khashoggi et qui a révélé les relations troubles entre l'Arabie Saoudite et les dirigeants des États-Unis. Rick Rowley est le réalisateur de ce film diffusé sur Showtime.

Quelle a été votre approche pour réaliser ce documentaire?

L'histoire de Jamal est à la fois émouvante, énorme à retracer et fascinante car elle touche à la transformation et la rédemption. Jamal a vécu au cœur d'une tourmente. Il était un ami de bin Laden, connecté aux services secrets saoudiens, porte parole du Royaume après le 11 septembre avant de devenir une critique de ce pays puis un exilé et finalement un martyr. Jamal a vu à plusieurs reprises ceux qu'ils pensaient être des héros se transformer en vilains devant ses yeux. Cet homme s'est retrouvé tirailler entre ses propres contradictions et il était torturé par ces compromis qu'on lui a imposé. Au final, Jamal a tenu tête aux Princes qu'il avait servi toute sa vie et, pour cela, ils l'ont tué.

Est-ce que votre documentaire a pour but d'informer ou d'agir?

Les deux. Il ne faut pas oublier Jamal Khashoggi. Jamal est un journaliste qui a été assassiné pour avoir fait son métier. A chaque fois qu'un de nos collègues meurt ainsi, il est capital d'en parler plutôt que de garder le silence comme le voudraient les meurtriers. Au départ, j'ai travaillé sur ce film pour qu'il reste une trace de sa lutte. Mais ce documentaire montre aussi les relations toxiques qui existent entre les USA et l'Arabie Saoudite. C'est une histoire secrète qui empoisonne le Moyen Orient et le monde entier depuis longtemps.

Quel est votre espoir dans l'avenir immédiat?

Il est temps pour les États Unis de revoir la logique et la morale de ces relations. Jamal est l'exemple que l'on peut changer quelque chose qui semble immuable, même au prix de sa vie. Jamal était vu comme une figure importante du régime saoudien. Il était parti prenante d'un régime qui a tué les espoirs du printemps arabe. Cette révolution en 2011 a réveillé l'espoir en lui lorsqu'il est parti en exil et a rencontré de jeunes activistes arabes. Jamal a cru que les choses pouvaient changer jusqu'au moment de sa mort. Mon espoir est aussi que notre film fasse justice à sa mémoire en demandant que la justice soit rendue.

Avez-vous eu de représailles contre vous en tournant ce film ou à présent?

Il y a toujours des risques quand on fait ce genre de boulot mais tous les journalistes d'investigations le savent. Les risques que je cours ne sont rien en comparaison de ceux qui pourrait arriver aux gens qui ont bossé avec nous en Arabie Saoudite quand nous avons était filmer dans ce pays. L'équipe qui nous a aidé en Turquie est aussi en danger. Nous avons subi des attaques informatiques pour essayer de nous empêcher de faire notre film mais cela fait presque parti du quotidien dans mon métier.